Loading...

Jeunesse & Arts Martiaux

Accueil / L’esprit martial  / Jeunesse & Arts Martiaux

Jeunesse


Tu es un jeune Artiste Martial et tu te poses un tas de questions sur ce qui se cache derrière ton Art ? Tu souhaites savoir comment l’appliquer au jour le jour dans ta vie quotidienne et comment le vivre pleinement ? Tu aimerais comprendre pourquoi un Art Martial est une « école de la vie » et en quoi « apprendre à se battre » pourrait justement t’aider à vivre heureux et en paix ? Tu souhaites savoir ce qui se cache derrière les techniques, les principes, les symboles qui constituent les Arts de la Guerre? Tu souhaites devenir fort et acquérir cette maîtrise légendaire du corps et de l’esprit que les grands Maîtres possèdent ?
Alors bienvenue ! Cet espace est le tien ! Nous te présenterons au fil du temps des supports pédagogiques variés afin de t’aider à intégrer et à appliquer l’Esprit Martial. Nous espérons qu’ils t’aideront à voir au-delà des apparences et à trouver ta voie.

N’hésite pas à nous contacter afin de nous faire part de tes problèmes, de tes questions, de tes suggestions. Nous serons toujours ravis de te répondre et de te soutenir.

Rappelle toi que nombreux sont les jeunes gens qui s’engagent sur la voie des Arts Martiaux. Beaucoup abandonnent, se lassent des enseignements répétitifs ou se heurtent à la discipline requise pour avancer. Un Art Martial n’est pas un sport. Ce n’est pas non plus un loisir. Rien de réellement « fun » ne te sera proposé et si tu les étudies pour savoir te défendre ou te battre, attends toi à devoir travailler de nombreuses années avant d’espérer atteindre un tel résultat.

Un Art Martial est avant tout un outil de construction. Il t’aidera à te forger un corps et un esprit fort. Si tu comprends cela, le jour où ton corps faiblira, ton esprit, lui, restera fort et te permettra de faire face à toutes les épreuves de la vie.

Les 7 conditions pour qu’un enfant s’épanouisse dans l’apprentissage d’un Art Martial

1) Il faut que LUI ait réellement envie d’apprendre les Arts Martiaux et cela, sans influence. Pourquoi ? Parce que l’apprentissage d’un Art Martial demande de l’attention, de la concentration, de nombreux efforts physiques et intellectuels, de la discipline, le respect de règles de conduite essentielles, le respect des autres. Un enfant qui aura été forcé à intégrer une école aussi exigeante sans en avoir l’envie n’en retirera qu’une mauvaise expérience.

2) Il ne faut pas qu’il soit motivé par l’envie de se battre ou de se défouler. Pourquoi ? Parce qu’on va lui apprendre, au contraire, à se maîtriser, à exprimer une organisation gestuelle qui ne peut émerger que dans le calme et la concentration.

3) Il faut qu’il ait le goût de l’effort et du dépassement. Pourquoi ? Parce qu’un Art Martial ne le mettra pas en compétition avec les autres, mais avec lui-même. Il apprendra que chaque effort fourni pour améliorer sa personne peut lui permettre de se construire et de devenir plus fort. « Détruire les autres est facile, se construire soi même l’est beaucoup moins et les Arts Martiaux ne sont pas une voie de la facilité ».

4) Il faut qu’il comprenne qu’on ne vient pas s’amuser mais plutôt apprendre durant les cours et que cet apprentissage n’est pas toujours très « FUN » : un minimum de savoir faire requiert beaucoup de répétitions des mêmes choses.

5) Il doit savoir qu’un Art Martial n’est pas un sport et que cette discipline lui demandera beaucoup d’autres choses que de balancer des coups de poings et de pieds sur un adversaire car, depuis leur élaboration, les Arts Martiaux ont un but éducatif.

6) Si le fait de « savoir se défendre » constitue sa motivation principale, il doit savoir qu’on doit d’abord être capable de se maîtriser soi-même avant d’espérer pouvoir maîtriser les autres. Lorsqu’on parle de maîtrise, on parle de la maîtrise du corps, de la maîtrise du comportement et de la gestion des émotions. La self défense est loin de se limiter à un registre technique.

7) Enfin, l’enfant doit comprendre que son professeur est là pour lui transmettre un savoir mais s’il n’est pas disposé à le recevoir, il a le choix de rester chez lui. Le professeur ne l’oblige en aucun cas à venir aux cours. Par contre, s’il fait le choix de venir, il doit s’engager à travailler avec enthousiasme et détermination. Un enfant non motivé et contraint à suivre les cours se heurte à l’enseignement et, bien souvent, à l’enseignant. Rien ne passe et la leçon devient une perte d’argent (pour les parents), d’énergie (pour le professeur), de joie de vivre (pour l’enfant) et de temps (pour tout le monde).